Sélection des variantes phonétiques et des variantes orthographiques.

On sait que différents systèmes sont - ou ont été- utilisés pour écrire l'occitan auvergnat (système Roumanille/Mistral, système Bonnaud, etc …). Celui qui est mis en œuvre dans la cadre du cours est adopté par l'Institut d'Estudis Occitans depuis sa fondation et se revendique comme l'écriture occitane normalisée. Ce système admet des variantes d'écriture pour représenter des variantes de prononciation. Dans le cadre d'un lexique à usage d'apprentissage, nous devons évidemment limiter ces variantes. De façon générale, nous prenons comme usage admis l'ancienne tradition écrite telle qu'elle est attestée par les textes auvergnats antérieurs au 16° siècle, reprise en bonne part dès 1925 par Henri Gilbert, Benezet Vidal, ainsi que d'autres contributeurs, et enfin poursuivie par des auteurs contemporains. Cependant, il y a entre ces différentes sources des cas où l'usage n'est pas arrêté nettement, et pour lesquels j'explique ici comment la sélection est opérée .

. Nous prenons l'écriture de N dit caduque: chamin, chamí « chemin », pan, pa « pain », rason, rasó « raison ». En réalité, l'ancien N simple n'est pas prononcé en fin de mot, tandis que l'ancien NN reste prononcé (ou le plus souvent, c'est la voyelle qui précède qui est prononcée de façon nasale) : chamí de caminu, pa de pane, bren de brennu, pan de pannu. Au moment où nous fondons la tradition écrite, la prononciation de l'ancien N simple était déjà abandonnée, mais nous la restituons dans l'écriture pour des raisons de conventions. A l'extrémité sud et est du domaine que nous considérons, c'est à dire vers Aubenas/Privas, N est présent dans les mots courts comme pan, man.

. De la même façon, N devant une consonne est généralement noté pour des raisons étymologiques : benlèu, belèu « peut-être », concors, cocors « concours », confessar, cofessar « confesser », enfant, efant « enfant », confir, cofir « confire », … , sauf dans quelques cas où l'usage écrit semble être installé : cofle « gonflé ; repus ».

. On garde aussi l'écriture NS quand il a évolué en S en langue romane : cònse, còsse « maire », conselh, cosselh « conseil », dengús, denguns « nulle personne », sauf dans quelques cas : eissolentar « insulter », cossí « comment ». Bien sûr, quand l'évolution date d'avant la langue romane, on ne restitue pas NS : maison « maison » ; mes, mens « mois » .

. On applique les même choix pour RS devenu S : vès, vèrs « à ; chez »

. On prend aussi la convention française et pan-occitane de généraliser S pour Z entre voyelles, même quand l'étymologie ne le justifie pas : jausir, jauzir « jouir ». Z est cependant pris là où les langues romanes ont cette forme  : azard, asard ;

. L en fin de mot est souvent vocalisé en U. Il peut être prononcé [ ʁ ] dans le Cantal. On admet la variante L et la variante U : sal, sau « sel ».

. L devant une consonne est très majoritairement vocalisé en U, mais reste sous la forme [ ʁ ] dans le Cantal. On prend les deux variantes : sauvar, salvar « sauver ».

. L'ancien LL latin, passé en fin de mot, est devenu soit LH prononcé [ j ] ou [ r ] (Cantal), soit devenu L, qui n'est pas prononcé en Basse-Auvergne. On admet LH et L : chaval, chavalh « cheval » ; aucèl, aucèlh « oiseau ».

. D intervocalique est passé à Z ou est effacé, suivant une répartition géographique ; les deux formes sont admises. : pesada, piada « empreinte de pied, trace de pied », pesolh, peulh « pou », susar, suar « suer ».

. DI intervocalique est passé à DJ/DZ ou est effacé, on admet les deux : suja, suá « suie »

. DI intervocalique après A ou O est passé à Y dans une zone plus vaste ; on admet également les deux : pajar, paiar « payer », brajas, braias « pantalon », rajar, raiar « rayonner »

. Les variantes d'évolutions phonétiques anciennes et ancrées dans des aires géographiques larges sont admises : uèu, uòu « oeuf » ; vès, vàs « chez, à »

. Cependant, le passage de ÒU à ÈU, qui est général sur une grande partie du domaine et relativement ancien, n'est pas pris : plòure, plèure « pleuvoir », mòure, mèure « moudre ».

. Les variations entre O et U sont nombreuses ; on accepte les deux quand elles ne semblent pas marginales  : pojar, pujar « monter, grimper »

. Beaucoup de verbes ont un infinitif qui existe sous deux formes : véner, venir « venir », créser, creire « croire », voler, vòure « vouloir », auxquelles s'ajoutent des variantes basées sur des formes conjuguées : saber, sabre, saupre « savoir ».

. En zone Auvergne stricte, la séquence latine N + DH a donné deux réalisations : plànger, plánher « plaindre », pónger, pónher « poindre, piquer », congèira, conhèira « congère », prangèira, pranhèira « après-midi » ou « sieste ».

. La consonnification de I après M a donné deux formes, suivant une répartition géographique, soit MNH qui s'est simplifié en NH, soit J ailleurs. On garde l'écriture MNH, mais on ne prend pas les formes qui ne sont plus vivantes: chamjar, chamnhar « changer » ; somjar, somnhar « songer, rêver », vendemnha « vendange »

. On ne prend pas les différents cas où S est affaibli : esclòp, eiclòp « sabot » ;

. Cependant, pour les mots où S a laissé I depuis longtemps et qui sont généralisés sous cette forme, on abandonne S: èime « bon sens, intelligence » ; vaslet, vailet « valet »

. On conserve l'écriture de UÈI qui s'est simplifié dans différentes formes : nuèit, nèit, nuet « nuit », puèi, pèi, pue « puy » .
Ceci s'applique aussi à UÈLH qui est un autre aspect de la même simplification:
fuèlha, fèlha « feuille »

. Le suffixe ÈIR est IÈR au sud du domaine ; on prend les deux formes : nogèir, nogièr « noyer », panèir, panièr « panier ». Pour les autres aspects de la même segmentation, on admet également les deux variantes : cuèir, cuèr « cuir ». La forme [ ÈR ], autrefois coincée entre zone [ ÈIR ] et zone [ IÈR ], aujourd'hui recouverte par la poussée de [ IÈR ], est abandonnée.

. Pour le pluriel du suffixe ÈIR, on prend ÈIRS, on prend aussi ÈRS qui est une forme ancienne et souvent maintenue dans la langue contemporaine : panèirs, panèrs ( l'opposition ÈIR/ÈRS apparaît déjà dans les tous premiers textes auvergnats)

. Quand les variantes issues du système de cas donnent des doublets sémantiques, on prend le sens qui est le plus conforme au schéma général : bofaire « souffleur » « soufflet », bofador « soufflet ». En l'absence de schéma général, on prend les deux formes : dengús, dengun « nulle personne ».

. L'aphérèse, c'est à dire l'effacement de la voyelle initiale, courante en Basse-Auvergne mais rare ailleurs, n'est pas prise : apeitar, 'peitar « attendre »

. Le développement d'un W entre une consonne arrondie et A, propre à une partie du Puy-de-Dôme, n'est pas pris : paire, poaire « père », bailar, boailar « donner »

. La diphtongue OU, instable, est souvent passé à AU, ou à O allongé [ u: ], ou à O simple [ u ], on ne prend que la forme OU qui est d'ailleurs toujours présente dans la langue contemporaine: escoutar, escautar « écouter », même quand il semble que AU soit généralisé : soudar, saudar « souder », poumon, paumon « poumon ». Quand OU semble être toujours simplifiée, on ne la prend pas : cotèlh, coutèlh « couteau ».

. Quand un mot savant (c'est à dire un mot introduit tardivement et qui n'a pas connu les séquences d'évolutions phonétiques régulières) existe sous différentes variantes d'accentuation, on ne retient que la variante conforme au schéma d'accentuation régulier de l'occitan : crèdit, credit « crédit », quasi, quasí « quasi, presque ».

. On étend ce principe en réformant des mots savants dont le schéma d'accentuation est emprunté : fòto, fotò « photo », àudio, audiò « audio ».

. Pour les mots savants modernes, apportés presque en totalité par le français, le schéma phonétique peut s'écarter des schémas traditionnels, ce qui peut amener des hésitations d'écriture. C'est en particulier le cas pour les mots dont la prononciation du français institué se termine par une consonne articulée, comme trafic, public, antique, utile, etc..... La ligne-guide adoptée dans ce lexique est de noter une voyelle en finale uniquement dans le cas où la prononciation de cette voyelle est attestée dans nos parlers occitans auvergnats : public, publique « public », antic, antique « antique », util, utile « utile », catalògue, dialògue. bègue (à noter qu'on ne restitue pas les anciennes formes : util, utial « utile »).

. Lorsqu'une variante phonétique inspirée d'une forme extérieure au domaine occitan est en concurrence avec une variante autochtone, on ne prend que la seconde: çai, çais, çès « ci » ; annada, anada « année ». On prend cependant les variantes issues du domaine occitan quand elles ne sont pas marginales : acampar, achampar « rassembler », chaminar, caminar « cheminer, randonner ».

. A partir du 14° siècle, une tradition écrite est apparue en Basse-Auvergne consistant à noter par un T le C en fin de mot, certainement suite à une évolution phonétique. Cette tradition n'est pas prise : codèrc, codèrt .

. L'évolution en EA/IA de E devant L, générale sur le domaine, sauf pour le Vivarais, est prise : fial, fil « fil », mial, mèl « miel », abrial, abril « avril ».

. Mais l'évolution similaire devant R, limitée au Puy-de-Dôme, n'est pas prise : tèrra, tiarra « terre », ivèrn, iviarn « hiver », Auvèrnha, Auviarnha « Auvergne »

. UI est devenu U depuis longtemps : fruta, fruita « les fruits », brut, bruit « bruit ».

. Nous faisons ici le choix de retenir la seule forme RR pour R intervocalique placé après une ancienne diphtongue : adurre, condurre « conduire », burre « beurre ».

. Les déplacements d'accents qui sont généralisés dans la langue contemporaine sont pris : abadiá, abadia « abbaye », fedariá, fedaria « bergerie ».

. On garde l'écriture LH même si la prononciation est devenu majoritairement [ j ] : palha, paia « paille ». On remarquera d'ailleurs que certains parlers traitent LH final comme les autres consonnes qu'ils ne prononcent pas, mais maintiennent la diphtongue : dalh [ da ] « faulx » / rai [ ʁai ] « rayon ».

. Les nombreuses prononciations palatales présentes dans la langue contemporaine en Auvergne et en Velay ne sont pas écrites: aquí « là », cubèrta « couverture », dire « dire », agulha « aiguille »Dans le cas de LU et LI, la palatalisation est plus ancienne mais on ne la prend pas : luna, lhuna, « lune ».

. On ne prend pas les voyelles en hiatus quand elles sont remplacées depuis longtemps par des formes simplifiées : maistre, mèstre, maestre « maître », sail, sael « sceau ». Il y a cependant des exceptions à ces choix : aost, òst, avost « août », aürós « heureux ». A l'opposé, il est des hiatus qui sont parfois conservés dans la langue contemporaine : saüc « sureau », traïnar, trainar « trainer ». Quand le hiatus s'est solutionné par la consonnification d'une des deux voyelles, on note le déplacement d'accent induit : coá « queue »

. TL ou LL sont pris chaque fois que l'étymologie le justifie ; il sont généralement devenus NL : rotlar, ronlar, rolar « rouler » , sotlar, solar « soulier », bolla, bonla, bola « boule ».

. Les palatalisations de GL et CL ne sont pas prises : glèisa, lhèisa « église », Clarmont, Clharmont « Clermont », estranglar, estranlhar « étrangler » , angle, anlhe « angle », ongla (la), onlha « ongle » , agla (la), alha « aigle ».

. On prend les évolutions phonétiques irrégulières quand la forme régulière a disparu : crompar, comprar « acheter ».

. Quand un substantif a deux genres possibles, on prend le plus courant : la fam, lo fam « la faim ».

. E tend à passer à A dans différentes configuration : devant R, en première syllabe, … Cette tendance est attestée depuis longtemps, et on peut hésiter entre une écriture plus étymologique avec E, et une écriture plus conforme à la langue parlée avec A. On n'adopte pas ici de règle absolue, on prendra parfois les deux formes, semenar, samenar « semer », et d'autres fois la forme actuelle, vint-a-sèt, vint-e-sèt « vingt-sept ».

. Enfin, certaines formes retenues sont présentées comme variantes et indiquées entre {}, (ex. gialar, {gelar}, {jalar}). La sélection d'une forme comme représentante principale n'a pas de signification particulière, si ce n'est qu'elle peut sembler plus fréquente.