La muaa sus Brossetas

L’orage sur Brossettes.

Escrit e contat per Micheal Beal, Ès Late (Brossetas)

Ecrit et conté par Michel Beal, Lapte (Brossettes)

A la pica dau jorn lo ceal s'èra mascherat. Lo mauvès temps arribava aquò se sentiá. Se botèt a barrontar de bona ora e fasiá dejò tafor, te seriás pas parat daus tavars, las vachas moscheiravan de tots los latz. Dau temps de meijorn, la travèrsa conflèt e aduguèt de gentas boras nèiras.

D'un còp, los esliuçs esfatèran lo ceal e atubèran las boras. Bentuèit lo tronaire petèt seche, l'aurisse soslevèt los teules reünds dau cubert, quauques uns tombèran juste davant la pòrta de la maison. Una vesina corriá sa buaa que s'envolava, una bràia s'èra acrochaa dins un boisson, mas la poiá pas arrapar, la deguèt ben laissar! Un’ autra aguèt juste lo temps de sacar sos pouzins que l'aiga arribèt per selhaas, sautava las pèiras, fressava los murs, las bealèiras devenián de rius.

Davant la crotz auriá dit lo Linhon que davalava dau “Fètre”. La Brosseta montava, montava talament, que n-òm se demandava si anava pas banhar los pès dau Paul. ( lo païsan au pè dau lhòc.).

A l'aube le ciel s'était obscurci, le mauvais temps arrivait ça se sentait.Il se mit à tonner de bonne heure et il faisait déjà lourd, tu ne te serais pas défendu des taons, les vaches prenaient la mouche et couraient de tous les cotés. Pendant midi le vent d'ouest gonfla et amena de jolis nuages noirs.

D'un coup les éclairs déchirèrent le ciel et incendièrent les nuages. Bientôt le tonnerre claqua sec, une rafale de vent souleva les tuiles rondes du toit, quelques unes tombèrent juste devant la porte de la maison. Une voisine courait sa lessive qui s'envolait, une culotte s'était accrochée à un buisson mais elle ne pouvait pas l'attraper, elle a bien dû la laisser! Une autre eut juste le temps de rentrer ses poussins que l'eau arriva à pleins seaux, elle sautait les pierres, fouettait les murs, les rigoles devenaient des ruisseaux.

Devant la croix on aurait dit Le Lignon qui descendait du "Fètre". La Brossette montait, montait tellement, qu'on se demandait si elle n'allait pas baigner les pieds de Paul (le paysan au pied du village).

Velai oriental
ococ frfr
Vocabulari

tafor
chalor umida

tavar
tavan

aurisse
bofa d'aura davant la muaa

reünd
redond

selhaa
selhada, contengut d'una selha

bealčira
besaličira

Telecharjar (mp3)
Marraire
Tèrras occitanas de Velai e Vivarés
Çais sètz benvengut.
Diumenge 23 d'abrial de 2017
sčis oras manca učit
A Prepaus | Mapa | Letra Marraire |
Crotz