L'unité et la diversité

L'approche de l'occitan peut être déroutante pour celui qui voudrait l'appréhender au même titre qu'une langue normalisée et standardisée.

L'occitan a survécu jusqu'à aujourd'hui parce qu'il a été transmis oralement de génération en génération; son écriture est restée marginale. Ce mode de transmission, en l'absence de structure d'enseignement et de codification, a maintenu la langue dans un état 'naturel' tendant à accroître la diversité originelle.
Si la diversité est réelle, il ne s'agit pas moins d'une seule et même langue; le vocabulaire est très majoritairement commun, la grammaire est très homogène; c'est dans la prononciation que l'on trouve l'essentiel des différences.

Il ne faut pas surtout pas penser que le développement des caractères locaux s'est effectué de façon isolé. En fait, en étudiant la langue dans sa globalité, on distingue nettement le déploiement des phénomènes linguistiques. On peut donc procéder à une classification dialectale, même si toute classification, quelle qu'elle soit, ne suffit pas à exprimer toute la complexité réelle. La classification la plus sérieuse et la plus couramment admise distingue six zones: le provençal, le languedocien, le gascon, le limousin, l'auvergnat, et le vivaro-alpin.

dialčctes occitans

Le provençal
Il fut une époque où le terme provençal désignait l'occitan dans son ensemble. Aujourd'hui, on s'efforce de n'utiliser le mot provençal que pour les parlers qui s'y rattachent, de façon à ne pas confondre le tout et sa partie. Faites donc attention au sens de ce mot, surtout dans les documents anciens.

Le languedocien
Le languedocien bénéficie d'une position centrale, il est proche de tous les autres dialectes. De plus, comme la graphie classique lui est particulièrement bien adaptée, on constate depuis quelques années une tendance à l'utiliser prioritairement dans l'expression écrite.

Le vivaro-alpin
Le vivaro-alpin est parlé dans une aire couvrant l'est de la Haute-Loire, le nord de l'Ardèche, la Drôme, les Hautes-Alpes, le nord des Alpes de Haute Provence et quelques vallées italiennes. Il est parfois plus connu sous le nom de provençal alpin, ou de gavot. A noter que le Félibrige l'intègre pour une bonne part au provençal, plus pour des raisons de sensibilité historique, que par rationalisme linguistique.

La caractéristique la plus marquante du vivaro-alpin réside dans la disparition de consonnes intervocaliques: sea pour seda 'soie', paela pour padèla 'poële', suar pour susar 'suer', ...

Le gascon
Dès les origines, le gascon s'est distingué du reste du domaine occitan. Il reste toujours très spécifique. Voici quelques exemples de formations spécifiquement gasconnes:
La lettre 'n' entre deux voyelles tombe (una devient ua, luna devient lua, farina devient haria).
Le 'f' est devenue 'h' que l'on prononce aspirée.
Le 'r' en début de mot est très souvent doublé et précédé de 'a' (riu devient arriu, rasim devient arrasim).

Le limousin
Le limousin est un parler de type nord-occitan. Au moyen age, le mot limousin a parfois désigné la langue d'oc dans son ensemble. Pierre Bec, dans son ouvrage 'la langue occitane', rappelle que les catalans ont parfois désigné leur propre langue avec le terme llemosi, ceci jusqu'au 19ème siècle.

L'auvergnat.
L'aire de l'auvergnat dépasse largement l'Auvergne historique et couvre une partie du Languedoc géographique.

Les formes méridionales de l'auvergnat sont proches du languedocien.

Le bas-auvergnat, dans le Puy de Dôme, se distingue par une prononciation quelquefois différente de tout le reste du domaine occitan.

Le croissant
On appelle 'croissant' la zone à l'extrême nord située en Allier et en Creuse où le dialecte mêle du français et de l'occitan.


Occitània
Marraire
Tèrras occitanas de Velai e Vivarés
Çais sètz benvengut.
Dissŕbte 27 de mai de 2017
učit oras e vint
A Prepaus | Mapa | Letra Marraire |
Crotz