Séparation de A antérieur et de A postérieur

Séparation de A antérieur et de A postérieur

L'articulation de A se caractérise en occitan par une tendance a devenir O. Mais les réalisations sont variées.

Pour ce qui est des parlers de l'Yssingelais, il semble que l'on ait une règle générale qui est que, à chaque fois que A est devenu final (avant le 12° siècle), il est devenu postérieur et a évolué vers O. C’est une caractéristique que l’on attribue généralement aux parlers arpitans, mais le traité de grammaire d’Uc Faidit, au 13° siècle, indique que A de pa(n), ma(n), … est un A estreit, c’est-à-dire un A fermé, proche de O.

Voici comment ce schéma général a abouti dans le patois de Sainte-Sigolène

A posttonique

pena [ ’pøn(ɔ) ] / [ ’pøn(å) ] « peine », messa [ ’mø:s(ɔ) ] / [ ’mø:s(å) ] « messe», letra [ ’løtʀ(ɔ) ] / [ ’løtʀ(å) ] « lettre », femna [ ’fn(ɔ) ] / [ ’fn(å) ] « femme »

A Sainte-Sigolène, suivant les personnes, A posttonique final a deux prononciations, c'est soit [ ɔ ] ou [ å ], [ ɔ ] peut même tendre vers [ o ]. J'alignerai le plus souvent la notation phonétique sur [ ɔ ]. Indiquons aussi qu'il y a une tendance à ne pas prononcer les posttoniques, ce que je représente par des parenthèses.

Dans le cas de AS posttonique, S n'est pas prononcé, A est [ a ], et il est nettement moins faible que A posttonique. Nous reviendrons plus en détail sur le cas de S final, et nous verrons qu'il n'est jamais articulé :
vachas [ ’vatsa ] « vaches », femnas [ ’fna ] « femmes ».

Les parlers arpitans ont depuis leur origine ES à la place de AS posttonique. On a ainsi les formes classiques arpitanes la femna / les femnes. Sainte Sigolène est ici aussi en zone occitane, mais Bas-en-Basset a sur ce point le traitement arpitan que l’on trouve également dans la charte de Saint Bonnet le Château au 13° siècle : femna / les femnes, ES étant maintenant prononcé EI.

Dans le cas de ÀA des formes comme passaa [ pas’a ] « passée », civaa « avoine », muaa « orage », buaa « lessive », ratapenaa « chauve-souris », alaa « flambée », annaa « année », … A posttonique a fusionné avec A tonique.

A posttonique nasal est [  ] : parlan [ 'paʀl ] « ils parlent », parlèran [ 'paʀlɛʀ ] « ils parlèrent ». Il est nettement moins faible que A posttonique non nasal.

A tonique

Il faut distinguer le cas où A tonique est final du mot des autres cas, c'est à dire le cas de A postérieur et le cas de A antérieur.

Dans le cas de A final, c'est à dire de A postérieur ( ), il est [ ɔ ] / [ å ] dans le cas de YẠ , ẈẠ, WẠ , ainsi que pour les formes conjuguées : parlará [ paʀla'ʀɔ ] « il parlera », miá [ mjɔ ] « mienne », viá [ vjɔ ] « vie » , … Dans les autres cas, on a [ o ], cette prononciation s'étend à tout A devenu final anciennement, avant le 12° siècle : passa(t) [ pa'so ] « passé », pra(t) « pré » [ pʀo ], pa(n) [ po ], bla(t) [ blo ] «blé », Sant-Roma(n) [ sʀu’mo ], …

Suivi de S, A tonique est [ a ], mais les pluriels sont ici généralement alignés sur le singulier, cette distinction est donc devenue obsolète, sauf pour un cas identifié, pra(t) : lo pra(t) [ lø'pʀo ], los pra(t)s [ lu:'pʀa ].

Dans le cas de A antérieur, on a [ a ] : lana [ 'lan(ɔ) ] « laine », planc [ pl ] « plancher », … Quand il est devenu final au cours du roman IV, A suit le schéma de A antérieur : Grasac [ gʀa'za ] « Grazac », sac [ sa ] « sac », chat [ tsa ] « chat », parlar [ paʀ'la ] « parler », sal [ sa ] (fém.) « sel », anatz [ a'na ] « vous allez »

A prétonique

Il est prononcé [ a ] : matin [ ma'tji ] « matin », chantar [ ts'ta ] « chanter », … (d'autres études sur notre secteur ont indiqué qu'il s'agit de [ å ], mais j'entends [ a ]).

Paja seguenta




Auteur: Didier Grange - 2014- modifié- 2016

Parler de Sainte-Sigolène

Le roman

Alphabet étendu

Quelques notions de phonétique articulatoire

Le système vocalique du roman occidental

L’accentuation romane

Sonorisation des consonnes intervocaliques sourdes

Palatalisation de C et de G devant E et I (première palatalisation)

Effacement des voyelles finales E et O

Effacement des voyelles posstoniques

Evolution de V latin

Affaiblissement de B intervocalique

Affaiblissement de D intervocalique

Affaiblissement de DH intervocalique

Affaiblissement de G intervocalique

Effacement de N instable en fin de mot

Conservation de AU primitif

La diphtongaison de È et de Ò en roman I

La diphtongaison de E et de O en roman II

Le groupe CT est devenu YT

La diphtongaison de È et de Ò en roman III

Formation de U antérieur, fermeture de O ( Ụ )

Introduction des mots savants

Disparition du système de cas

Le système vocalique sigolénois

Séparation de A antérieur et de A postérieur

La palatalisation moderne

E peut être prononcé I

Simplification des triphtongues

La prononciation proclitique

Les mots brefs

Effacement de S

Effacement de L

Effacement des consonnes finales

Consonantification des voyelles

Déplacement d'accent

Le suffixe ÈIR/ÈIRA

Le suffixe AOR devenu ÒUR

Palatalisation de GL

E devant R

L'interdiction

La négation

La restriction

L'action répétée

Les articles

Les pronoms

Les articles et pronoms démonstratifs

Les adjectifs et pronoms possessifs

Les adjectifs numéraux

Le sujet indéfini

Le présent simple

Le présent composé

Le passé simple

L'imparfait

Le futur simple

Le conditionnel

Le subjonctif

L'impératif

Conjugaison de Èsser

Conjugaison de Aver

Conjugaison de Faire


Marraire
Tèrras occitanas de Velai e Vivarés
Çais sètz benvengut.
Dissàbte 23 de setembre de 2017
doas oras e onze
A Prepaus | Mapa | Letra Marraire |
Crotz