Palatalisation de C et de G devant A

Palatalisation de C et de G devant A

Nous avons vu que C et G devant E/I étaient devenus TS et DZH, cette évolution ayant commencé en latin populaire. Une partie du domaine roman connaît un peu plus tardivement une seconde vague de palatalisation de C et de G.

Cette seconde palatalisation romane est une sorte de répétition de la première, mais elle ne concerne qu’une aire beaucoup plus limitée. D’autre part, si la première palatalisation avait affecté uniquement CE/GE et CI/GI, celle-ci s’étend également à CA/GA. Ses effets sont surtout constatés sur l’abondant vocabulaire en CA/GA dans la mesure où la palatalisation précédente avait fait disparaitre le vocabulaire en KE et KI. Cependant, à l’époque où démarre cette vague, de nouveaux mots ont été introduits depuis les langues germaniques, comme skilla « clochette, sonnette », skina « dos », ces mots qui n’ont pas connu la première vague sont affectés par la seconde.

Sur le plan géographique, la seconde palatalisation s’étend sur tous les parlers français, mais ne se poursuit pas sur une partie du normand et du picard. Elle concerne également tout le domaine arpitan, ainsi que le nord du domaine occitan dans lequel se positionne l’intégralité du département de la Haute-Loire.


Segonde palatalisation, CA/GA/CI/GI/CE/GE (parler sigolénois)

 

R I

R II

R III

R IV

forme écrite

vacca « vache »

vatha

vatsha

vatsh

vatsạ

vacha

caminu « chemin »

thamino

tshamí

tshamí

tsamí

chamin

gaudire « jouir »

dzhaudzire

dzhaudzir

dzhauvir

dzauví

jauvir

skinna « dos »

esthina

estshina

estshinạ

eitsinạ

eschina

spica « épi »

espiga > espidha > espidzha

espidzha

espiạ

éspyạ > èipyạ

éspia

L’exemple de vacca est couramment cité pour illustrer cette palatalisation. La forme d’origine était vacca [ 'wakka ]. Les consonnes doublées se sont généralement simplifiées en roman, et on a prononcé [ k ] au lieu de [ kk ]. Les parlers sud-occitan on vaca [ ’vakɔ ] ou même [ ’bakɔ ].  La forme vacha est celle des parlers nord-occitans, CH se prononçant [ ts ] ou [ t∫ ]. A Sainte-Sigolène comme en général en Velay, CH est toujours [ ts ]. L’ancien français prononçait [ t∫ ] qui est devenu [ ∫ ] (sauf en Lorrain et Wallon) ce qui est également le cas des parlers du Forez qui semblent avoir subis une poussée de la prononciation française, cette poussée s’arrêtant exactement à la frontière des parlers occitans. Les parlers francoprovençaux ont vachi (issu de vàchie)  qui apparaît dès les premiers parlers arpitans, dès l’est de la commune de Saint-Romain-Lachalm selon R. Dürr.

Le vocabulaire sigolénois qui représente cette palatalisation est bien entendu massif et on ne peut citer que quelques exemples: chamin [ tsami ] « chemin », chausir [ tsuȝi ] « choisir », achabar [ atsa’ba ] « achever, terminer », champ [ ts ] « champ », eschina [ øitsinɔ ] « dos, échine », chalor [ tsaluʀ ] « chaleur », chamba [ ‘tsbɔ ] « jambe », chambra [ ‘tsbʀɔ ] « chambre », chancèl [ ts’se ] « cercueil », chauchar [ tsu’tsa ] « fouler, piétiner », jauvir [ dzu’vi ] « jouir », lònja [ ‘ldzɔ ] « longue », chanton [ ts’tu ] « angle de batîment » ,  peu de mots font exception: escampar [ øik’pa ] « enjamber » « écarter les jambes », descabalar [ døikabala ] « abandonner une exploitation agricole, son matériel et son cheptel » (étymologiquement « se séparer de son capital »), bocar [ bu’ka ] « embrasser », licar [ ji’ka ] « lêcher », acampar [ ak’pa ] « rassembler » (opposé à eschampar [ øits’pa ] « disperser »), ajocar/ajucar [ adzu’ka ]/[ adzy’ka ] « jucher », bolicar [ bujika ] « remuer ». Il faut comprendre ici que ces mots ne sont certainement pas autochtones.

Des mots du patois sigolénois comme quatre, quant « combien », aiga « eau » (lat. aqua, acqua), eissagar « lessiver » (lat. ex+aquare) (fr. « esseoer » devenu « essorer », forézien essavar), lèga « lieue » ( leuca > lecua), èga « jument » (lat. equa),  caire « coin » (lat. quadru) n’ont pas été affectés par la palatalisation car ils ont gardé assez longtemps la prononciation [ kw ] ou [ gw ]. Pour ce qui est de aquí « là » ou quitar « quitter », ils étaient également encore en [ kw ] au moment de la seconde palatalisation mais nous verrons qu’ils ont plus tard été affectés par une autre vague de palatalisation.

Page suivante :

Le roman

Auteur : Didier Grange - 2014 - modifié 2016

Parler de Sainte-Sigolène

Le roman

Alphabet étendu

Quelques notions de phonétique articulatoire

Le système vocalique du roman occidental

L’accentuation romane

Sonorisation des consonnes intervocaliques sourdes

Palatalisation de C et de G devant E et I (première palatalisation)

Effacement des voyelles finales E et O

Effacement des voyelles posstoniques

Evolution de V latin

Affaiblissement de B intervocalique

Affaiblissement de D intervocalique

Affaiblissement de DH intervocalique

Affaiblissement de G intervocalique

Effacement de N instable en fin de mot

Conservation de AU primitif

La diphtongaison de È et de Ò en roman I

La diphtongaison de E et de O en roman II

Le groupe CT est devenu YT

La diphtongaison de È et de Ò en roman III

Formation de U antérieur, fermeture de O ( Ụ )

Introduction des mots savants

Disparition du système de cas

Le système vocalique sigolénois

Séparation de A antérieur et de A postérieur

La palatalisation moderne

E peut être prononcé I

Simplification des triphtongues

La prononciation proclitique

Les mots brefs

Effacement de S

Effacement de L

Effacement des consonnes finales

Consonantification des voyelles

Déplacement d'accent

Le suffixe ÈIR/ÈIRA

Le suffixe AOR devenu ÒUR

Palatalisation de GL

E devant R

L'interdiction

La négation

La restriction

L'action répétée

Les articles

Les pronoms

Les articles et pronoms démonstratifs

Les adjectifs et pronoms possessifs

Les adjectifs numéraux

Le sujet indéfini

Le présent simple

Le présent composé

Le passé simple

L'imparfait

Le futur simple

Le conditionnel

Le subjonctif

L'impératif

Conjugaison de Èsser

Conjugaison de Aver

Conjugaison de Faire


Marraire
Tèrras occitanas de Velai e Vivarés
Çais sètz benvengut.
Dissàbte 27 de mai de 2017
uèit oras e vint
A Prepaus | Mapa | Letra Marraire |
Crotz