Le suffixe AOR devenu ÒUR

Le suffixe AOR devenu ÒUR

Le suffixe latin atore s'est prolongé en roman et a servi à former de nombreux mots, en particulier des dispositifs ou outils élaborés pour une utilisation précise. L'occitan utilise ce suffixe sous la forme ADOR, mais l'occitan oriental a régulièrement AOR, là où l’ancien français avait EOR devenu « eur ». A Sainte-Sigolène, AOR a abouti à ÈU [ ɛu ], suivant le processus que nous allons décrire ; exemples : aplataor [ apla’tɛu ] « niveleuse », colaor [ ku'lɛu ] « couloir à lait », ventaor « vannoir », donaor « trappe », mochaor « mouchoir », pealaor « écorchoir de bucheron». Ce suffixe AOR s'est substitué aux autres formes similaires comme EOR : abeuraor [ abju’ʀɛu ] « abreuvoir ».

AOR [ a’uʀ ] est anciennement passé à ÒUR [ ɔuʀ ], qui est devenu ÒU dont la prononciation est toujours [ ɛu ] ~ [ eu ] à Sainte-Sigolène, ou ÒR [ ɔʀ ] pour d’autres parlers de l’Yssingelais. La répartition géographique ÒU/ÒR est exactement celle de KÈI/KÈR que nous avons vu précédemment pour cuèir « cuir ».

Pour ce qui est du passage de AÓ [ a’u ] à ÒU [ ɔu ], rappelons qu’il est assez difficile d’articuler deux voyelles continues et qu’un groupe de deux voyelles est par nature instable. Une solution courante pour simplifier la prononciation est d’insérer une consonne entre les deux voyelles (ex. esp. rio [ ’rijɔ ] ), sig. abrial [ abʀi’ja ] « avril », fr. « Lyon » [ li’j ]). Une autre solution est de rapprocher l’articulation des deux voyelles jusqu’à les fusionner dans une diphtongue, ainsi dans le cas de AÓ, on trouve en roman deux réalisations, soit [ au ], soit [ ɔu ].

L’observation attentive du patois de Sainte-Sigolène nous apporte des informations précieuses pour confirmer que nous avons bien eu une étape ÒUR [ ɔuʀ ]. On trouve en effet des pluriels irréguliers en ÒRI, par exemple le pluriel de gròs [ gʀɛu ] est parfois [ ’gʀɔʀi ], de même clòus peut être [ ’klɔʀi ]. Ces pluriels ne peuvent pas être issus d’une évolution phonétique, ils sont donc analogiques, c’est-à-dire refaits sur le modèle d’autres mots. Que s’est-il passé ? Le cas du suffixe ÈIR nous permet d’inférer celui du suffixe ÒUR:

Evolution comparée de ÈIR et de ÒUR
(parler de Sainte-Sigolène)


ÈIR

ÒUR
(issu de AOR)

singulier

ÈIR > ÈI

ÒUR > ÒU

pluriel

ÈIRS > ÈRS > ÈRI

ÒURS > ÒRS > ÒRI

Pour le pluriel, on peut donc supposer le processus üòurs > òrs > òri. Ce pluriel est aujourd’hui recomposé sur le singulier, mais le schéma ÒUR [ ɛu ] / ÒURS [ ɔʀi ] a joué le rôle de modèle analogique, et a donné des formes maintenues en concurrence avec un pluriel recomposé.

 

singulier

pluriel phonétique

pluriel analogique

pluriel recomposé

-òur (-aor)

-òu [ ɛu ]

-òri

 

-òu [ ɛu ]

gròu (gròs)

gròu [ ɛu ]

gròu

gròri

gròu

clòu

clòu [ ɛu ]

clòu

clòri

clòu

Étant établi le processus AORS > ÒURS > ÒRS, il faut donc poser que le passage de AO à ÒU est plus ancien que la simplification de ÒURS en ÒRS. Si on admet que cette simplification est chez nous contemporaine à celle de Clermont, de Lyon, elle est antérieure à la fin du 13° siècle.

On ajoutera dans cet article le cas de pavore/paore « peur » employé à Saint-Sigolène sous la forme paora (pòura) [ ’pɛuʀ(ɔ) ], ainsi que le cas de aost [ ɛu ] « août ».

Page suivante :

Le roman

Auteur : Didier Grange - 2014 - modifié 2016

Parler de Sainte-Sigolène

Le roman

Alphabet étendu

Quelques notions de phonétique articulatoire

Le système vocalique du roman occidental

L’accentuation romane

Sonorisation des consonnes intervocaliques sourdes

Palatalisation de C et de G devant E et I (première palatalisation)

Effacement des voyelles finales E et O

Effacement des voyelles posstoniques

Evolution de V latin

Affaiblissement de B intervocalique

Affaiblissement de D intervocalique

Affaiblissement de DH intervocalique

Affaiblissement de G intervocalique

Effacement de N instable en fin de mot

Conservation de AU primitif

La diphtongaison de È et de Ò en roman I

La diphtongaison de E et de O en roman II

Le groupe CT est devenu YT

La diphtongaison de È et de Ò en roman III

Formation de U antérieur, fermeture de O ( Ụ )

Introduction des mots savants

Disparition du système de cas

Le système vocalique sigolénois

Séparation de A antérieur et de A postérieur

La palatalisation moderne

E peut être prononcé I

Simplification des triphtongues

La prononciation proclitique

Les mots brefs

Effacement de S

Effacement de L

Effacement des consonnes finales

Consonantification des voyelles

Déplacement d'accent

Le suffixe ÈIR/ÈIRA

Le suffixe AOR devenu ÒUR

Palatalisation de GL

E devant R

L'interdiction

La négation

La restriction

L'action répétée

Les articles

Les pronoms

Les articles et pronoms démonstratifs

Les adjectifs et pronoms possessifs

Les adjectifs numéraux

Le sujet indéfini

Le présent simple

Le présent composé

Le passé simple

L'imparfait

Le futur simple

Le conditionnel

Le subjonctif

L'impératif

Conjugaison de Èsser

Conjugaison de Aver

Conjugaison de Faire


Marraire
Tèrras occitanas de Velai e Vivarés
Çais sètz benvengut.
Dimècres 28 de junh de 2017
nòva oras e nòu
A Prepaus | Mapa | Letra Marraire |
Crotz